« Au début, c’est comme un rêve » : Robert Gray se penche sur les séquelles d’un incident ferroviaire

IMG_0477Opération Gareautrain entreprend une série d’entrevues avec des employés des entreprises de chemin de fer afin de partager avec nos lecteurs les effets d’un incident.

 Nous sommes très conscients qu’un incident est un événement tragique pour toutes les personnes impliquées, cependant, il est rare que nous ayons le point de vue des équipes de train. Aspect souvent oublié par les médias, nous voulons vous donner un aperçu des effets à long terme qu’un incident a sur les équipes de train, de leurs aptitudes à le gérer et ce qui les motivent à se lever tous les jours pour aller au travail.

 Cette fois-ci, nous avons parlé avec Robert Gray, Conseiller principal, Santé, Sécurité et préparation aux situations d’urgence VIA Rail Canada. Avec une expérience de 36 ans dans l’industrie ferroviaire, Bob a malheureusement vu sa part d’incidents autour des chemins de fer.

 Qu’est-ce qu’on ressent lorsque l’on est impliqué dans un incident?

Au début, c’est comme un rêve, on n’est pas certain que c’est la réalité; le temps ralentit puis repart à toute vitesse. On réalise ensuite qu’on a un travail à faire et notre formation prend charge. On fait ce qu’il faut pour aider nos passagers et nos collègues.

Qu’est-ce qui arrive suite à un incident?

On se demande pourquoi cela nous est arrivé. On se sent responsable d’une foule de choses. Plusieurs pensées nous trottent dans la tête, je les appelle « les si j’avais ». On devient fâché, irritable et après un laps de temps on se calme et on réalise que l’on ne l’est pas. Toutefois, on réalise que cela n’arrive pas à tout le monde de la même manière. Ensuite, on retourne au travail, chaque bruit, chaque bosse qui ne sont pas usuels nous font réagir – notre sensibilisation est au maximum.

Quelle répercussion reste avec vous après avoir été impliqué dans des incidents? Quel effet cela a-t-il eu sur la façon de faire votre travail?

Cela m’a appris d’être attentif et d’être mieux préparé pour n’importe quel type d’incident. Je suis maintenant mieux préparé mentalement et je sais que je suis prêt à affronter une situation d’urgence. Je partage mon expérience avec mes collègues dans le but de les préparer et de les sensibiliser sur ce qui peut arriver et comment répondre à une urgence. Je vois plusieurs employés qui ont été impliqués dans de terribles incidents ferroviaires et l’impact qu’ils ont eu sur eux. Cela en soit me motive à essayer de réduire le nombre d’incidents.

Qu’elle est la chose que vous aimeriez que les Canadiens sachent à propos de la sécurité ferroviaire? À quoi voudriez-vous qu’ils pensent lorsqu’ils voient des voies ferrées ou le domaine ferroviaire?

Que chaque incident aux passages à niveau ou dû à une intrusion est évitable puisque les trains ne peuvent s’arrêter rapidement. Les Canadiens doivent être vigilants lorsqu’ils sont près des trains et des voies ferrées. Un train peut arriver à n’importe quel moment de n’importe quelle direction. Vous voyez des voies ferrées, pensez train!

Si vous désirez en savoir plus :

• Tom Bozyk : Conducteur de locomotive : votre raccourci par les voies ferrées me hantera à tout jamais
• Al Ghazal : La perspective d’un conducteur de locomotive : récit d’un incident ferroviaire mortel
• Dean Solowan : Agent de la police communautaire du CN Dean Solowan s’entretient avec Opération Gareautrain OG)
• Sheila Duffy : Sheila Duffy de VIA Rail s’entretient avec Opération Gareautrain
• Stacey Trayling : La vraie vie 1re partie : Le récit d’une survivante de sa rencontre avec un train
• Sue Brady : La vraie vie 2e partie : affronter les étapes après un incident majeur
• Nick Reed : L’histoire de Nick: ce sera notre 9e Noël sans toi
• Ty King : Un message de sécurité ferroviaire est créé suite à la mort de notre fils bien-aimé
• Andrew West : La mémoire d’un adolescent survit grâce à la mission de sécurité ferroviaire entreprise par sa famille